Ouvrir le livre (et lire l’histoire jusqu’au bout et peut-être même la relire)

P1100328
J’ai ouvert le livre
Il était plein de mots
Tous accrochés formaient
L’histoire d’une famille
Nombreuse de plein d’enfants
De nouveaux destins
Que j’allais découvrir
Sans pouvoir intervenir.

Les pages s’agitent
Dans le temps qui passe
Entre tourments et bonheurs
Entre réussites et échecs
Entre victoires et désillusions
Et les vivants et les
Morts jeunes et vieux.

Et je les suis
Tous un par un.

A la toute fin
J’étais devenue
Chacun d’eux.

About Arret Facultatif

https://arretfacultatif.wordpress.com Deze blog is geschreven in twee talen (nederlands-français), door twee opmerkelijke vriendinnen. Wij vertalen elkaar niet, noch corrigeren elkaar, maar vormen samen een complementariteit in woord en beeld. Wij willen graag met onze handen laten geboren worden daar waar u kan van genieten, onder welke vorm dan ook. Poëzie en kleine stukjes uit het leven, maar ook volsagen verzonnen verhalen, hier vindt u het allemaal!
This entry was posted in Photo, poésie and tagged . Bookmark the permalink.

5 Responses to Ouvrir le livre (et lire l’histoire jusqu’au bout et peut-être même la relire)

  1. je me sentais ainsi quand j’ai, ado, commencé (et jamais terminé) les Rougon-Macquart🙂
    Merci !

  2. sarah says:

    une jolie vérité… cette poésie…de la vie…;-))))

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s