Perdu Violoncelle

002Je colle mes petits affiches sur quelques dizaines de murs, poteaux, arbres à 500 mètres à la ronde. Au centre de cette ronde qui n’a rien d’une danse: il y a l’endroit où j’ai perdu mon violoncelle. J’ai perdu mon violoncelle. J’imagine l’expression qui s’inscrira sur le visage des gens qui liront ce bout de papier: ce sera de l’incrédulité. ‘Perdu Violoncelle’? Mais comment cela est-il possible? Comment peut-on perdre un si grand instrument à musique? Ce qui m’embête c’est que je n’ai pas de photo à mettre sur ces affiches alors peut-être cela n’attirera pas assez l’attention. Je pourrais mettre une photo de n’importe quel violoncelle pour ceux qui ignore de quoi je parle. Dans ma tête, j’entends sa musique… Elle est si belle… Je ne peux pas l’afficher non plus, pourtant cela aiderait peut-être les gens en général et en particulier celui qui retrouvera ou a retrouvé mon violoncelle.
Je sais que les gens se demanderont si je ne me suis pas trompée, si je ne veux pas dire que je l’ai oublié ou qu’on me l’a volé. Et pourtant, c’est la vérité. Je l’ai perdu. Perdu… Je ne peux pas dire plus parce que je ne me l’explique pas moi-même. Je l’avais, je tenais fermement la grande boîte qui me cognait si souvent la jambe et puis il n’était plus là. Je l’avais perdu… Je l’avais depuis peu. Mais c’était sa musique que j’attendais depuis si longtemps. Sa musique, sa voix. Alors je colle des affiches parce qu’il faut absolument que je le retrouve.

Et puis c’est la police qui m’a appelée. Je me suis bien sûr précipitée. Ils m’attendaient avec curiosité. Ils ont vu mon nom et mon numéro de téléphone à l’intérieur de la boîte. Mon violoncelle, ils l’avaient trouvé exactement là où je l’avais perdu. Je veux dire là où remontait mon dernier souvenir. Ils ont été très gentils. Ils m’ont dit qu’une dame les avait appelés, parce que vous comprenez avec tout ce qu’on voit, tout ce qu’on lit dans les journeaux, un corps coupé en morceau ou une bombe: elle n’a pas osé s’approché, pas osé ouvrir la boîte; on ne sait jamais. Eux aussi s’étaient approchés avec précaution parce qu’un violoncelle, ça ne s’oublie pas, ça ne se vole pas. c’est alors qu’un policier, arrivé juste après les premiers, leur avait dit de ne pas s’inquiéter: ce n’était pas la première fois. Ce n’était pas la première fois? Ils m’ont dit de faire plus attention parce que je l’avais déjà perdu plusieurs fois. Je ne sais pas quoi penser… Plusieurs fois… Je présente mes excuses et pars, une main serrée sur la poignée, me jurant que jamais plus cela ne m’arrivera. Sans doute ils confondaient avec quelqu’un d’autre.
————————————————————————————————————————————–
J’étais arrivé quelques minutes après mes collègues, ils regardaient cette boîte à violoncelle avec circonspection. Une histoire qui se répète… C’est comme cela, en voyant le violoncelle seul, que j’ai appris que sa propriétaire avait déménagé de quartier quelques mois après moi. Nous venions du même quartier et cela arrivait alors tous les quelques mois que nous retrouvions son violoncelle. Elle avait pourtant l’air ‘normale’. Mais qu’est ce que cela veut dire? Elle ne m’avait bien sûr pas reconnu. Elle ne me reconnaissait jamais. Chaque fois c’est comme si elle perdait son viloncelle pour la première fois. Cela n’arrivait pas souvent, mais cela arrivait…

– C’est une drôle d’histoire, me dit un collègue à qui j’ai raconté l’histoire, du moins le peu que je savais.
– Oui, l’esprit humain prend parfois des chemins étranges…, ai-je répondu. Et j’ai rajouté:
– Un jour j’ai été l’écouter jouer, parce qu’elle fait des concerts tu sais. C’était tellement beau que j’ai pleuré… Et lui aussi…
– Elle, me dit mon collègue, elle a pleuré!
Elle n’avait pas pleuré. Elle parraissait tellement loin, tellement au-delà de tout. J’ai dit:
– Il a pleuré. Le violoncelle a pleuré.

About Arret Facultatif

https://arretfacultatif.wordpress.com Deze blog is geschreven in twee talen (nederlands-français), door twee opmerkelijke vriendinnen. Wij vertalen elkaar niet, noch corrigeren elkaar, maar vormen samen een complementariteit in woord en beeld. Wij willen graag met onze handen laten geboren worden daar waar u kan van genieten, onder welke vorm dan ook. Poëzie en kleine stukjes uit het leven, maar ook volsagen verzonnen verhalen, hier vindt u het allemaal!
This entry was posted in Photo, Proza and tagged . Bookmark the permalink.

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s