Partir

La décision c’étai brutalement imposée. C’est pour cela que je savais qu’elle était bonne quelles qu’en soient les conséquences. Alors j’ai écrit d’un trait cette lettre de démission qui est de toute façon très courte et juste administrative. Mon chef était dans son bureau. Sans trembler, parce que pour moi la page était tournée et tout ceci appartenait déjà au passé, je lui ai dit ’Je pars’. Il a sursauté. Comme s’il ne s’y attendait pas, comme s’il le prenait personnellement, comme s’il avait peur pour lui. ‘Je pars’ et je lui tends la lettre en lui demandant sa signature. Il voit qu’aucune discussion ne me fera changer d’avis. Il veut comprendre. Enfin comprendre… il veut juste être sûr que je ne vais pas le sortir de son confort. Il veut être sur que je ne vais pas le sortir de sa lâcheté, de son aveuglement et de sa stupidité. Il n’appelle pas cela comme ça lui: il est enfermé dans sa tour d’ivoire à passé tellement de temps à se défendre contre des menaces imaginaires. Oui: cela c’est passé ainsi ici. Je vois toutes les interrogations qui tournent dans n’importe quel sens dans sa tête. Quelque part il est soulagé que je parte même s’il ne se l’avoue pas. Il veut savoir le pourquoi de mon départ. Il veut juste savoir si je pars à cause de lui. Où je vais, ce que je vais faire ne lui importent pas du tout. Je le sens, je le sais. Il signe, je dois lui rappeler la date d’aujourd’hui parce qu’il est un peu perdu, peut-être un lointain signe de sa conscience qui lui rappelle que s’il se sent droit dans ses bottes, ses bottes ne sont pas droites. Il me dit qu’on en parlera encore avant mon départ. Je dois rester encore quatre semaines mais ça n’a plus d’importance. Oui on parlera, on fera semblant de parler… Quatre semaines c’est largement assez pour préparer mon départ. L’autre départ. Le vrai. Je téléphone à un ami avec qui j’avais parlé de mon plan mais sur le ton du rêve. Il est tout de suite d’accord. Il donnera sa lettre de démission demain. Parfois les choses sont si simples. Il faut toujours se souvenir que l’on a qu’une seule vie. Un an en voiture vers l’est. Nous n’avons pas de plan précis. Avancer, voir et découvrir. Et puis rencontrer des gens. Je cherche qui je suis. Qui est l’humain en fait. Alors je veux en voir, parler avec eux.
Mon ami d’aventure est bricoleur. Notre voiture, il pourra la réparer chaque fois que les routes la blesseront. Moi j’ai le contact très facile même dans des langues que je ne connais pas. Des milliers de kilomètres. Ne pas oublier l’appareil photo Un jour j’irai à pied. Mais pour cette année dans la densité du temps, nous avons choisi la voiture. J’ai refusé un congé sabbatique parce que quoique je trouve au bout de la route ce n’est pas pour revenir exactement au même point de départ.
Pleins de gens de nos familles, amis et même des inconnus sont venus nous dire au revoir et à bientôt. Ils rêveront à travers nous.

C’était il y a quarante ans. C’était mon premier départ. Il y en a eu d’autres. Chaque fois que j’arrivais au bout de quelque chose je partais. Et puis je revenais. Parfois je partais très loin. Parfois je partais tout près. C’est le premier départ qui compte. Après c’est plus facile. Je ne sais toujours pas très bien qui je suis aussi parce que je continue heureusement d’évoluer alors je continue ma quête de l’humain. Qui est cet être humain? Quelle est sa place dans l’Univers? Chaque réponse que je trouve fait naître d’autres questions passionantes.

Il y aura encore des départs, tant que je le pourrai. Par la fenêtre je regarde la voiture du premier départ. Elle a servi a encore pour beaucoup d’autres voyages et puis elle a rendu son âme d’objet. Mais elle est toujours là et je me rappelle.

About Arret Facultatif

https://arretfacultatif.wordpress.com Deze blog is geschreven in twee talen (nederlands-français), door twee opmerkelijke vriendinnen. Wij vertalen elkaar niet, noch corrigeren elkaar, maar vormen samen een complementariteit in woord en beeld. Wij willen graag met onze handen laten geboren worden daar waar u kan van genieten, onder welke vorm dan ook. Poëzie en kleine stukjes uit het leven, maar ook volsagen verzonnen verhalen, hier vindt u het allemaal!
This entry was posted in Photo, Proza and tagged , , , . Bookmark the permalink.

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s