Un pas devant moi.

Dans le brouillard, je la perdais
En toute hâte je l’ai suivie, comme j’ai pu
Le brouillard engloutissait, tout même le silence
Il est difficile de voir si loin

Elle ne peut pas m’égarer
Nous avions passé tous les beaux jours ensembles
C’était mon ombre après tout
Nous sommes trop négligeants de notre ombre
On ne la regarde que quand un enfant
Marche dessus en s’amusant

Mon regard tente de déchirer le brouillard
Mais je me souviens et j’abandonne
J’avais appris qu’il ne sert à rien
De vouloir à tout prix voir si loin
Parce que jamais rien ne se passe
Comme nous l’avions prévu

Juste distinguer ce qu’il y a
Un pas devant moi
Plus n’est pas nécessaire
A ce moment le brouillard lache mon ombre
A nouveau éclaboussée de soleil
Alors je me détourne et reprend le chemin
Qui s’enfonce dans la densité du brouillard
Peut-être nous retrouverons-nous un jour.

About Arret Facultatif

https://arretfacultatif.wordpress.com Deze blog is geschreven in twee talen (nederlands-français), door twee opmerkelijke vriendinnen. Wij vertalen elkaar niet, noch corrigeren elkaar, maar vormen samen een complementariteit in woord en beeld. Wij willen graag met onze handen laten geboren worden daar waar u kan van genieten, onder welke vorm dan ook. Poëzie en kleine stukjes uit het leven, maar ook volsagen verzonnen verhalen, hier vindt u het allemaal!
This entry was posted in Photo, Proza and tagged , . Bookmark the permalink.

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s